Les meilleurs logiciels de capture vidéo

Enregistrez des vidéos et screenshots de n’importe quel jeu grâce à nos outils préférés.

Durant l’âge sombre de RealPlayer, avant YouTube et la revitalisation quelque peu contre-intuitive du gif, il n’y avait pas vraiment de bon moyen de partager vos buts les plus dingues sur Rocket League. Rocket League n’existait pas non plus d’ailleurs. Mais ce n’est pas le propos : le jeu moderne sur PC est une question de partage, et il existe désormais une multitude de façons de le faire. Si vous êtes intéressé par le streaming en particulier, consultez notre guide du débutant. Si vous souhaitez simplement capturer de la vidéo localement, poursuivez votre lecture pour connaître les avantages et inconvénients des outils que nous utilisons le plus souvent.

Chacun de ces outils a des points faibles, alors gardez à l’esprit que par « meilleur », nous tenons compte du prix (gratuit, c’est bien !), et de la facilité d’utilisation. Nous avons beaucoup de problèmes avec Nvidia ShadowPlay et AMD ReLive, par exemple, mais comme ils sont fournis par le fabricant de votre GPU, vous pouvez également les essayer pour voir s’ils font le travail de votre côté. Tous ces programmes proposent une version d’essai, vous pouvez donc les essayer avant d’investir.

MSI Afterburner

Afterburner est gratuit et polyvalent. Il permet l’enregistrement vidéo en format lossless non compressé, ainsi qu’une sélection de codecs, des options de taille de trame, etc., mais il est un peu compliqué. J’utilise principalement Afterburner lorsque je dois capturer des écrans ultra haute résolution utilisant le Nvidia DSR, car il y parvient sans broncher contrairement à d’autres solutions, telles que ShadowPlay. Je recommande au moins d’avoir Afterburner (qui est principalement un utilitaire d’overclocking) dans votre bibliothèque de logiciels, qu’il s’agisse ou non de votre solution principale de capture vidéo. Quand tout le reste échoue, voyez si celui-ci fonctionne !

Nvidia ShadowPlay

Tout le monde semble oublier que leur système d’exploitation s’appelle Windows et qu’il dispose d’une API permettant de créer des « fenêtres » que l’on peut faire glisser, redimensionner et avec lesquelles on peut interagir de la même façon que nous avons interagis avec elles depuis trois décennies. Tant pis. Une fois que vous vous êtes connecté à GeForce Experience (pour une raison quelconque) et que vous avez navigué dans le stupide menu d’overlay, ShadowPlay fonctionne bien pour capturer des vidéos et des écrans de jeu fenêtrés sur le bureau ou en plein écran, ainsi que pour du streaming  basique. L’un des gros avantages est que ShadowPlay utilise le GPU (Nvenc) pour gérer l’encodage vidéo, ce qui signifie qu’il ne nécessite pas beaucoup de ressources processeur : personne ne connaît le matériel Nvidia mieux que Nvidia.

Quelques jeux ne seront pas pris en charge – j’ai eu spécifiquement des problèmes avec les jeux UWP, ce qui était prévisible – mais la plupart des jeux seront capturés correctement, même s’il faut parfois passer par la capture du bureau. Les options de streaming sont également quelque peu limitées, bien qu’il puisse gérer les tâches de base. Si vous avez une carte Nvidia, il vaut au moins la peine d’être essayé, vu qu’il est déjà là à attendre de l’être. Cela dit, il est sage d’avoir une autre option à portée de main.

AMD ReLive

Toutes les critiques que nous venons de porter à propos de l’interface utilisateur de ShadowPlay ? Elles sont essentiellement les mêmes pour ReLive, et à certains égards, en pire. Le raccourci clavier par défaut Alt + Z est identique. Seulement maintenant, il affiche un panneau sur le côté de votre écran dans lequel vous pouvez voir quelques paramètres et accéder à la fonction Chill d’AMD. Mais d’autres éléments, tels que le réglage des paramètres de vos enregistrements, ne sont pas présents. Vous devez accéder à l’application Radeon Settings pour modifier les bitrates, la résolution, les raccourcis clavier, etc. Mouais.

Tout comme ShadowPlay, ReLive a tendance à fonctionner correctement une fois que vous avez passé l’épreuve de l’interface utilisateur, bien qu’il existe quelques différences notables. Si vous configurez ReLive pour enregistrer un flux 4k 60 images par seconde, par exemple, vous allez probablement perdre des images. Même sur une RX Vega 64, nous obtenons des vidéos avec une moyenne de 53-56 images par seconde. ReLive respectera également votre réglage de résolution, en augmentant le contenu si nécessaire. Ainsi, si vous jouez à un jeu en 1080p, vous pouvez toujours enregistrer en 4k. Ce n’est probablement pas vraiment utile, et la décision de ShadowPlay de ne proposer que de réduire l’échelle (par exemple, d’une résolution 4k à un enregistrement 1080p) est probablement meilleure.

À l’instar de la solution Nvidia, ReLive d’AMD utilise le processeur graphique pour la plupart des opérations d’encodage, relâchant un peu la pression sur le processeur. L’impact sur le framerate est plutôt faible (5 à 10% dans la plupart des cas), mais il pourrait s’essouffler rapidement dans les configurations de streaming plus complexes. Si vous avez une carte AMD, essayez-le, mais considérez également certaines des autres options.

OBS

L’un des gros avantages d’OBS pour le streaming est qu’il offre de nombreuses options de personnalisation et que vous pouvez choisir le mode d’encodage de la vidéo (sur le CPU ou sur le GPU), ainsi que le codec à utiliser. (Si vous utilisez un encodage H.264 de haute qualité sur le CPU, sachez qu’il vous faudra un processeur assez puissant, à 6 cœurs/12 threads ou plus).

Comme il s’agit surtout d’un logiciel de streaming, OBS n’est pas la meilleure option pour capturer rapidement un moment fort ou faire un screenshot, mais il peut enregistrer des vidéos localement et se débrouille vraiment bien. Il est particulièrement utile si vous souhaitez enregistrer à partir de plusieurs sources à la fois (par exemple, une webcam, comme si vous étiez en train de streamer) et configurer une scène. Comme Afterburner, OBS est un bon ajout gratuit à votre bibliothèque de logiciels que vous pourriez aussi avoir sous la main.

Windows Game DVR

Si vous utilisez Windows 10, vous le possédez déjà, et il peut être mis en route très rapidement. Il prend en charge les jeux UWP, ce que de nombreux autres outils ne proposent pas, mais les fonctionnalités et les options de personnalisation sont extrêmement limitées. L’enregistrement vidéo (raccourci par défaut Win + Alt + R) vous permet de spécifier un enregistrement en 30 ou 60 images par seconde, ainsi qu’une qualité standard (720p) ou élevée (1080p), et le bitrate audio, et c’est tout. En outre, l’enregistrement peut nécessiter beaucoup de ressources processeur, et sur des systèmes bas de gamme, même la capture d’une vidéo 720p peut vous donner des résultats extrêmement pixellisés.

Le plus gros inconvénient potentiel de Game DVR (outre le manque de contrôles) est qu’il ne fonctionne pas toujours correctement, en particulier dans les jeux les plus exigeants et sur les GPU les moins performants (notamment les processeurs graphiques intégrés). Encoder une vidéo haute qualité 1080p60 tout en jouant à un jeu sur un processeur quad-core, c’est probablement trop demander, et même un enregistrement 720p30 a perdu des images sur un Core i3-8100 avec Intel HD Graphics. Mais pour un screenshot rapide et sale (Win + Alt + PrtScrn), il peut s’avérer très pratique.

Bandicam

Bandicam est un logiciel d’enregistrement souvent négligé en raison de son prix d’environ 35€, qui rend des options comme ShadowPlay et OBS plus attrayantes. Mais Bandicam justifie son prix par une multitude de fonctionnalités difficiles à trouver, présentées dans une interface élégante qui séduira sans aucun doute les vidéastes les plus sérieux. Toutes les fonctionnalités habituelles, comme l’enregistrement direct de jeux ou l’utilisation de codecs personnalisés, sont présentes. Bandicam dispose également d’un excellent mode d’enregistrement d’écran avec une fenêtre redimensionnable, ce qui est très agréable. Une autre fonctionnalité intéressante est la possibilité d’enregistrer des flux audio distincts et même de les exporter simultanément sous forme de fichiers .wav individuels, ce qui facilite l’équilibrage audio lors de l’ajustement entre les sons du jeu et du micro. Et contrairement à FRAPS, vous avez un contrôle total sur la sortie de vos fichiers vidéo et de vos images. Vous n’avez donc pas à vous soucier des contraintes de stockage si un enregistrement de qualité moindre ne vous fait pas peur. Le seul inconvénient est qu’il n’y a pas d’overlay. Du coup, si vous souhaitez modifier les paramètres, vous devrez quitter le jeu avec Alt-tab, à moins d’avoir un deuxième écran.

FRAPS

Le vieux de la vieille, FRAPS, a perdu ses faveurs – Windows 10 vous affiche même un message d’avertissement lorsque vous essayez de l’utiliser avec certains jeux DX11 – mais le plus souvent, il fait le travail. FRAPS ne permet pas le streaming, il n’a pas d’options détaillées, il ne fait que les captures d’écran, les vidéos et les benchmarks d’enregistrement. Les fichiers vidéo encodés par FRAPS sont énormes et peuvent être difficiles à utiliser, mais ils sont extrêmement propres. Il convient de noter que les captures vidéo en résolution élevée nécessitent un PC puissant.

Cela dit, si vous ne possédez pas déjà FRAPS, il n’y a probablement pas d’intérêt majeur à l’acheter. Plus de 30€ pour capturer des vidéos non filigranées est cher payer, étant donné que FRAPS n’a reçu aucune mise à jour depuis le 26 février 2013 et que les communications avec le support ont cessées. Il reste un moyen simple de capturer des écrans, cependant, et vous donnera de meilleurs résultats que la capture intégrée de Steam.

Dxtory

Ma fonctionnalité préférée de Dxtory est son benchmark de vitesse d’écriture du disque dur intégré. Cela devrait vous donner une idée de sa complexité, cependant, du moins par rapport à certains des programmes plus simples ici. Dxstory est riche en fonctionnalités (la fonction de screenshot rapide est particulièrement agréable et efficace), mais certaines des vidéos que j’ai prises avec lui (à l’aide des paramètres par défaut) ont connu quelques pertes d’images. Compte tenu du prix (environ 30€), il vaudrait mieux que vous téléchargiez la version d’essai et que vous la testiez de fond en comble avant de vous engager.

Commenter

Tous nos guides d’achat