Les 15 meilleurs jeux co-op à faire en couple pour la Saint Valentin

Overcooked, ou comment profiter d'une sortie au restaurant virtuelle et pleine de challenge ! / Crédits : Team17
Dernière mise à jour:

Les jours qui précèdent la Saint-Valentin peuvent être source de stress. Avant de vous rendre compte que les décorations de Noël ont été rangées, vous vous précipitez pour acheter des fleurs, des chocolats, des bijoux, etc. Mais au lieu de dépenser de l’argent pour des cadeaux dispendieux dont votre partenaire ne se réjouira peut-être que pendant un temps limité, nous voulons vous encourager à passer du bon temps ensemble, et quelle meilleure façon de le faire que de saisir vos manettes et de vous amuser en jouant à des jeux vidéo ?

Bien que la communauté gaming met souvent en avant le multijoueur en ligne qui permet de jouer avec des amis quel que soit l’endroit où vous vous trouvez, il est toujours amusant de partager une partie avec votre « personne favorite » tout en étant littéralement à côté d’elle sur votre canapé. Nous avons rassemblé ci-dessous quelques-uns des meilleurs jeux coopératifs, qui sont sortis sur toutes les plateformes et sauront satisfaire les gamers débutants aussi bien que les hardcore gamers. Ils devraient donc permettre aux joueurs chevronnés, comme aux moins expérimentés, de passer quelques heures en cette Saint-Valentin à aspirer des fantômes, préparer des repas sur des niveaux semés d’embûches, combattre des monstres souterrains, désamorcer une bombe ou encore courir jusqu’à la ligne d’arrivée. Quel que soit votre niveau ou le jeu choisi, ce moment partagé avec votre douce moitié devrait être un peu plus spécial car vous le passerez ensemble.


Avec Luigi’s Mansion 3 vous pourrez partir à la chasse (ou plutôt « l’aspiration ») aux fantômes. / Crédits : Nintendo

Luigi’s Mansion 3

Luigi’s Mansion 3 met le petit frère chétif de Mario, Luigi, au défi de sauver ses amis qui se trouvent piégés dans un hôtel hanté. Son mode de jeu deux joueurs n’est disponible qu’après une heure après le début de l’histoire environ, mais à ce moment-là, le reste du jeu devient l’une des campagnes coopératives les plus accessibles de ces dernières années.

Si votre acolyte n’est pas très à l’aise avec le gameplay du jeu, il pourra toujours contrôler « Gooigi », un clone de Luigi fait d’une espèce de slime vert qui a un niveau de santé plus faible mais des vies infinies en contrepartie. Ainsi, votre partenaire sera libre de s’amuser et de mourir à répétition sans vous forcer à recommencer les niveaux et les combats de boss. Le jeu n’est pas particulièrement difficile, et comme Gooigi est une partie essentielle de la résolution de nombreuses énigmes du jeu, votre partenaire n’aura pas l’impression de n’être qu’un « outil » qui se tourne les pouces pendant que vous faites tout le travail.

Néanmoins, Luigi’s Mansion 3 présente quelques points faibles : viser avec votre aspirateur à fantômes peut être frustrant car il est souvent imprécis, sans compter que certaines séquences fastidieuses vous obligeront à revenir sur vos pas, dans des niveaux déjà visités, pour peu de challenge supplémentaire. Mais même comparé à d’autres jeux Nintendo, Luigi’s Mansion 3 reste séduisant. C’est un jeu qui a du caractère, des animations de terreur de Luigi, en passant par le level design de chaque étage de l’hôtel ou encore de chaque boss de fantôme que vous rencontrez. Entrer dans une chambre avec vos aspirateurs « Poltergust » et tout aspirer à vue est à la fois ridicule et pourtant très satisfaisant. Le tout dans une esthétique léchée, tel un film Pixar jouable. Et, parce qu’il est divisé en niveaux clairement définis, c’est un jeu que votre partenaire et vous-même pouvez revisiter à votre guise.


Les puzzles de Lovers in a Dangerous Spacetime sont colorés et inventifs ! / Crédits : Asteroid Base

Lovers in a Dangerous Spacetime

Lovers in a Dangerous Spacetime est un jeu vidéo spatial aussi excitant qu’adorable. Les forces de « l’Anti-Amour » menacent l’univers. Vous et votre partenaire devez donc naviguer dans les labyrinthes de la galaxie à bord d’un vaisseau de combat néon que vous contrôlez tous les deux. Tandis qu’une personne dirige le vaisseau, l’autre doit le défendre en utilisant des armes, des boucliers et d’autres technologies, en sautant d’une base de contrôle à l’autre.

Au fur et à mesure que vous franchissez les différentes étapes, qui sont toutes aléatoires afin de toujours explorer une nouvelle zone, vous devrez sauver des lapins de l’espace, combattre les méchants et éviter de heurter des structures rocheuses susceptibles d’endommager votre propre vaisseau.

Non seulement les thèmes de Lovers in a Dangerous Spacetime sont idéaux pour cette période de l’année, mais votre partenaire et vous-même devrez vraiment travailler en équipe pour réussir. Commencer le jeu ensemble à l’aveuglette sera recommandé, afin que vous soyez tous deux obligés d’intégrer les commandes et d’obtenir vos « jambes de l’espace » simultanément.

Une fois que vous aurez assimilé ses bases, Lovers in a Dangerous Spacetime sera aussi difficile que chaque nouvelle configuration de labyrinthe, mais cela n’enlèvera rien à son côté amusant. Il s’agit d’un titre rafraîchissant par rapport aux jeux compétitifs de coopération qui sont généralement mis en avant et, en soi, une manière unique de passer un bon moment de qualité à coopérer.


Mario Kart 8 Deluxe, toujours aussi fun ! / Crédits : Nintendo

Mario Kart 8 Deluxe

Ah… Mario Kart, sans doute le jeu le plus évident à inclure dans une liste de titres multijoueurs coopératif. Vous pourrez tourner les yeux au ciel en le voyant ici, mais il y a de nombreuses raisons pour lesquelles Mario Kart est un jeu multijoueur très apprécié. C’est un jeu de course qui peut être aussi compétitif que vous le souhaitez et sa variété de personnages, de parcours et d’objets tous plus loufoques les uns que les autres le rend plus attrayant pour les néophytes qui ne sont généralement pas amateurs de jeux de course.

Il est possible d’être en compétition les uns contre les autres dans presque toutes les courses, cependant, il est parfois agréable d’avoir un ennemi commun en mode Grand Prix qu’il sera possible d’haïr après avoir passé une journée particulièrement éreintante. Pendant un instant, vous essayerez de vous battre en visant les roues de l’autre avec des peaux de bananes, mais un peu plus tard, vous poursuivrez tous deux un PNJ qui a fait un mauvais coup à l’un d’entre vous. Le chaos contrôlé dans Mario Kart en fait un jeu incroyablement amusant auquel on peut jouer pendant des heures, et il ne sera pas rare que votre moitié réclame « juste un tour de plus » pour prouver sa supériorité en pilotage.


Overcooked saura mettre vos nerfs à rude épreuve / Crédits : Team17

Overcooked 2

Que vous aimiez cuisiner dans la vraie vie ou non, il est difficile de résister à la frénésie de Overcooked 2. Le jeu vous oblige, vous et votre partenaire, à travailler ensemble en incarnant de mignons chefs cuisiniers préparant des repas du début à la fin. Bien que hacher, cuisiner, dresser et servir des aliments ne semble pas difficile en soi, ne vous laissez pas berner car Overcooked 2 est un véritable défi, surtout si vous n’y avez jamais joué.

Le mode solo est difficile pour de nombreuses raisons, mais le mode deux joueurs permet de passer à la vitesse supérieure, car vous et votre partenaire devrez trouver la meilleure façon de travailler ensemble dans la cuisine en étant synchronisés. Qui coupe le poisson pour les sushis ? Qui est prêt à servir le riz une fois sa cuisson terminée ? Qui prépare des assiettes propres pour les prochains repas à servir ? Qui évite les automobiles roulant à toute allure pour traverser la rue et apporter l’assiette dressée aux clients affamés ? Il y a beaucoup de choses à découvrir dans le jeu, et vous devrez le faire pendant que le chronomètre tourne.

Il n’y a pas d’autre moyen d’exceller à Overcooked 2 : travailler ensemble ou mourir (ou du moins, ennuyer les clients et réduire à néant vos chances d’obtenir de bons pourboires). Ne soyez pas surpris si vous et votre partenaire vous mettez à crier pendant que vous cuisinez virtuellement, mais essayez de ne pas faire passer cette émotion dans votre cuisine réelle.


Donkey Kong Country : Tropical Freeze, un autre grand classique à parcourir à deux ! / Crédits : Nintendo

Donkey Kong Country: Tropical Freeze

Comme la plupart des jeux de la saga Donkey Kong, Donkey Kong Country : Tropical Freeze est un jeu de plates-formes à défilement latéral structurellement simple, rendu intéressant par son esthétique magnifique. Son principal attrait est de découvrir où il vous mènera ensuite car, souvent, vous êtes projeté dans de multiples scènes distinctes au sein d’un même niveau. Chacun d’entre eux sera aussi étonnant que le précédent.

La mise en scène n’a rien de révolutionnaire, mais elle est précise et efficace. Le jeu peut parfois être difficile, en particulier lors des combats de boss. Le fait que les joueurs en coopération partagent des vies augmente légèrement cette difficulté. Si cet aspect s’avère intimidant pour votre partenaire, la version Switch comprend quant à elle un mode facile qui lui permettra d’incarner Funky Kong, qui a plus de marge de manœuvre pour encaisser les dégâts et qui fait essentiellement appel aux capacités des autres Kongs du jeu pour former un seul personnage. C’est aussi un singe qui porte des lunettes de soleil et qui chevauche une planche de surf, donc plutôt cool. Dans tous les cas, Tropical Freeze devrait vous tenir en haleine pendant environ 10-15 heures de jeu.


Cuphead, un titre aussi magnifique qu’exigeant ! / Crédits : Studio MDHR

Cuphead

Les critiques de Cuphead sont unanimes en le qualifiant de « plus beau jeu pour vous faire lancer votre manette » et, oui, cette accroche résume bien la situation. C’est absolument stupéfiant à vivre et à voir : tant sur le plan visuel que sonore, c’est le jeu qui se rapproche le plus d’un court-métrage d’animation jouable des années 1930. Sa promesse : vous êtes une paire de tasses anthropomorphiques qui collectionnent à contrecœur des « contrats d’âme » pour le Diable, correspond parfaitement à cette esthétique. Et son synopsis est aussi « simple » que le jeu en lui-même peut être difficile. Il s’agit d’un jeu de plateformes en 2D avec plusieurs combats de boss délicats (et inventifs) qui nécessitent des niveaux de concentration élevés.

Cuphead devient même plus difficile en coopération, car les boss ont un bien meilleur niveau de santé et le fait de voir Cuphead et acolyte Mugman en simultanée à l’écran peut vous distraire de votre concentration. Mais comme tous les bons jeux difficiles, il est rare de réussir un niveau du premier coup, alors la conquête de chaque combat apporte une agréable poussée de satisfaction. Si vous et votre partenaire êtes d’humeur à relever un défi en 2D, Cuphead est sans conteste un indéniable succès pour de bonnes raisons.


Keep Talking and Nobody Explodes saura vous mettre la pression. / Crédits : keeptalkinggame

Keep Talking and Nobody Explodes

Keep Talking and Nobody Explodes testera votre résistance et celle de votre partenaire à la pression. Il vous demandera à tous les deux de désamorcer une série de bombes à retardement, qui ne peuvent être arrêtées qu’en résolvant une série d’énigmes disséminées dans les modules sur la bombe elle-même. Le hic, c’est qu’un seul joueur peut voir la bombe à un moment donné. L’autre joueur est chargé de lire un « manuel de désamorçage de bombes » de 23 pages qui explique comment travailler dans les différentes conditions que le « désamorceur » peut voir présentement.

Ainsi, le jeu exige de vous et de votre partenaire de communiquer clairement, de rester aussi calme que possible et de se faire confiance, même si les solutions augmentent sournoisement en complexité. Tout cela peut devenir encore plus intense pour le démineur s’il joue avec un casque VR.

Bien que chaque bombe soit générée aléatoirement, il y a un risque que les choses deviennent sans intérêt si vous et votre partenaire jouez avec beaucoup de démineurs. Jouer localement signifie également éviter la tentation de tricher et de regarder là où vous n’êtes pas censé le faire. Jouez à Keep Talking and Nobody Explodes et vous aurez une petite métaphore amusante pour « travailler sur vos différences ». Nous vous conseillons simplement d’être en harmonie avec votre moitié avant de vous lancer.


Halo: The Master Chief Collection [Xbox One] / Crédits : 343 Industries

Halo: The Master Chief Collection [Xbox One]

Si vous ou votre partenaire étiez passionnés de FPS ou de jeux en ligne dans les années 2000, il y a de fortes chances que l’un d’entre vous ait de bons souvenirs de Banshees volants, de Grifball et de grognements à l’épée dans Halo. Si vous n’avez pas de Xbox première du nom (ou simplement si vous n’avez pas envie de la dépoussiérer ) Halo : The Master Chief Collection regroupe les principaux épisodes de la saga et, pour la plupart, ils sont toujours aussi agréables à parcourir. (Il est d’ailleurs à noter que les innombrables bugs qui ont entaché la collection à son lancement aient été en grande partie réparés).

Ces jeux sont toujours plus maîtrisés que beaucoup de jeux de tir lancés plus récemment, et même si certains points de scénario de ces derniers s’écartent complètement de la trame, le ton général est toujours un bon équilibre entre amusement ludique et fanfaronnade de films d’action. Faire exploser des extraterrestres avec des armes spatiales a toujours été amusant.

Il est probablement préférable que vous et votre partenaire ayez malgré tout un certain niveau d’expérience en FPS avant de plonger dans la saga Halo, auquel cas il sera toujours possible de jouer une campagne en mode facile avant d’augmenter la difficulté au fur et à mesure que vous avancerez dans la franchise. Vous pouvez aussi jouer en multijoueur à condition que vous ayez tous deux un compte Xbox Live.

Notez que nous mentionnons ici spécifiquement la version Xbox One du jeu : l’édition PC, lancée en grande pompe en décembre dernier, ne comprend que Halo Reach et ne prend pas en charge les écrans partagés locaux au moment où nous écrivons ces lignes.


Human: Fall Flat et sa physique torturée vous feront rire ! / Crédits : No Brakes Games

Human: Fall Flat

Human : Fall Flat peut parfois ressembler à un jeu expérimental autant qu’à un produit entièrement abouti, mais il est fondamentalement drôle et son côté « slapstick » n’est décuplé que lorsqu’il est joué en co-op. Comme Octodad ou Gang Beasts avant lui, une grande partie de son humour vient de son mouvement délibérément bancal et de sa physique. Le simple fait de faire passer votre avatar aux membres en caoutchouc – connu sous le nom de « Bob » – d’un point A à un point B procure un sentiment d’accomplissement. Lorsque les enjeux sont élevés et que vous parvenez à avancer dans des énigmes de plus en plus complexes proposées par le jeu, ce sentiment sera largement décuplé.

Human : Fall Flat adopte une approche « bac à sable » pour la conception de ses niveaux : chacun d’entre eux a un objectif final à atteindre, mais il y a une liberté totale dans la façon d’y parvenir, sans moyen d' »échouer » entre les deux. (Le jeu donnera également des indices optionnels si vous restez bloqué pendant une durée prolongée). Il est tout à fait possible de finir le jeu en solo, mais jouer avec un partenaire augmente considérablement le niveau d’expérimentation que vous pourrez réaliser.

Il y a une sorte de courbe d’apprentissage la physique dans Human : Fall Flat , et la façon dont le jeu vous plonge dans son univers absurde peut nécessité un peu de patience. Le fait de lier certains des mouvements les plus fondamentaux aux commandes de la caméra donne au jeu un aspect chaotique mais peut aussi compliquer des solutions par ailleurs simples. Votre première partie durera probablement 4 à 5 heures et, si vous savez ce que vous faites, il est techniquement possible de finir le jeu en moins de 10 minutes. Le jeu devrait néanmoins vous faire rire, vous et votre partenaire.


Diablo III, ou comment parcourir des donjons en amoureux ! / Crédits : Blizzard

Diablo III

Beaucoup de fans de Diablo ont leur avis sur Diablo III dans la série, mais dans son état actuel, c’est un jeu de donjon très satisfaisant et fluide. Les nouveaux venus dans les action-RPG trouveront peut-être les systèmes d’upgrade et d’inventaire trop lourds au début mais, en fin de compte, il est plus convivial et plus indulgent que la plupart des jeux de ce type. En un rien de temps, Diablo III va faire bouillonner la partie de votre cerveau réptilien qui aime découper les ennemis, s’emparer du butin et voir vos statistiques augmenter.

Ensuite, le jeu vous amènera à passer des heures à configurer différents builds de personnages. L’impossibilité d’accéder à vos menus respectifs simultanément est agaçant, et la fin du jeu peut sembler répétitive au bout d’un moment, mais tester Diablo III pourrait vous happer plus rapidement que vous ne le pensez. Quand ce sera chose faite, vous serez peut-être prêt à passer directement à Diablo IV.


Divinity : Original Sin 2 saura vous offrir du challenge ! / Crédits : Larian Studios

Divinity: Original Sin 2

Si vous êtes déjà des vétérans des RPG heroic fantasy, vous devriez essayez Divinity : Original Sin 2, qui demande plus de réflexion qu’un jeu d’action-RPG comme Diablo, et dont le système de combat au tour par tour est franchement intimidant. Cependant, lorsque vous comprendrez la complexité de ce jeu, vous vous sentirez (généralement) plus inspiré dans vos conquêtes que dans les autres RPG modernes. Toute l’histoire peut être jouée avec un partenaire, et cela permet d’inclure le « joueur deux » dans le scénario en le faisant participer au récit, sachant que ce dernier est extrêmement bien écrit.

Une mise en garde s’impose : il est probablement conseillé de vivre avec votre partenaire avant de vous lancer dans Divinity, car le jeu nécessitera peut-être plus de 100 heures pour en venir à bout. Sachez également que le coopératif en local n’est pas proposée par la version Nintendo Switch du jeu. Il n’en reste pas moins que ce jeu est destiné aux fans inconditionnels du CRPG qui regardent avec amour les Baldur’s Gates et les Ultimas des années passées. C’est aussi assez un jeu suffisamment convaincant pour être le point de départ de beaucoup de joueurs dans le genre.


Portal 2 va mettre vos méninges et celle de votre partenaire à rude épreuve. / Crédits : Valve

Portal 2

Bien que Portal 2 ait dix ans, les joueurs qui n’ont jamais réussi à lui donner sa chance constateront qu’il a vieilli avec grâce. Le jeu comporte des campagnes distinctes pour le mode solo et le mode coopératif : ce dernier est en-deçà d’un point de vue narratif, mais il illustre toujours avec brio l’humour tranchant et les énigmes intelligemment conçues qui font la renommée de la série. Le jeu a le mérite de vous forcer, vous et votre partenaire, à communiquer véritablement : ainsi, la mise au point de l’emplacement du portail et de l’enchaînement de chaque pièce du puzzle devra toujours être un travail d’équipe. Le jeu augmente progressivement en complexité à un rythme qui vous apprend à penser sans trop vous avancer. Si vous jouez sur PC, vous pourrez télécharger un certain nombre de maps produites par la communauté pour ajouter un peu plus de challenge. Pour les joueurs consoles, il n’est désormais plus possible de jouer à Portal 2 sur PlayStation 4 (seulement sur la PS3), mais la version Xbox 360 est disponible pour la Xbox One.


Castle Crashers, le beat-em-up coloré. / Crédits : The Behemoth

Castle Crashers Remastered

Castle Crashers est un beat-em-up en 2D dans la de Streets of Rage ou River City Ransom. Vous avancez, utilisez un tas d’armes et frappez les ennemis jusqu’à ce qu’ils tombent. Ses contrôles sont suffisamment simples pour que n’importe qui puisse s’y frotter. Le système de niveau de type RPG est facile à comprendre, tout comme les différents objets que vous pouvez utiliser pour modifier votre personnage.

Castle Crashers n’est pas un jeu que l’on plébiscite pour son histoire – vous incarnez des chevaliers qui doivent sauver le royaume – et son humour est très bas de plafond (attendez-vous à de multiples gags visuels à base de caca). Mais son animation colorée, son rythme et sa boucle centrale en font un amusement chaotique qui ne prend toute sa saveur qu’avec un partenaire de jeu.


Super Mega Baseball 2 où le jeu de sport qui n’a pas besoin de licence connue pour être fun. / Crédits : Metalhead Software Inc.

Super Mega Baseball 2

Si vous êtes un couple d’amoureux du sport, presque tous les titres habituels du marché du jeu de sport comprennent un mode multijoueur en local : FIFA, Madden, NBA 2K, MLB The Show, etc. Si vous préférez ne pas jouer à une réelle simulation poussée, vous pourriez vous laisser tenter par Super Mega Baseball 2. Il concentre juste ce qu’il faut de prises de décisions pour que le base-ball se joue dans un cadre plus léger, plus typé arcade.

Vous pourrez toujours jouer selon les règles du baseball, mais les systèmes de jeu seront moins poussés que ceux des simulations comme The Show et une partie se jouera bien plus rapidement dans l’ensemble. Le jeu ne comprend pas de licence, mais il réussit malgré tout à faire sentir que les noms des équipes et les joueurs de sont bien distincts. Une grande partie sera également personnalisable. Le mode coopératif vous permettra d’alterner les batters et de faire tourner les rôles de lancer et de jeu entre les manches. Vous pourrez jouer une saison entière ensemble, et les curseurs de difficulté devraient vous permettre de trouver facilement un niveau qui soit stimulant sans être trop pénalisant.


Spelunky, le die and retry mignon. / Crédits : Mossmouth

Spelunky

Peut-être avez-vous simplement envie de vous mettre en colère et de vous battre contre votre partenaire en ce jour de Saint-Valentin. Spelunky serait alors le jeu idéal pour vous. Il s’agit d’un jeu d’action en 2D qui est, en quelque sorte, une version très soignée d’un grand jeu de 1988. Célèbre pour sa difficulté, Spelunky reste honnête dans la mesure où vos nombreuses morts seront généralement dues à votre propre manque de rigueur. A l’image de Dark Souls, c’est un jeu où l’échec est le maître mot : il vous aide à apprendre et éventuellement à progresser. En même temps, les niveaux générés aléatoirement donnent à chaque partie un sentiment de fraîcheur qui n’existe pas chez beaucoup d’autres titres.

Vous pourrez débloquer des raccourcis vers les niveaux suivants, mais uniquement dans le mode solo. Sinon, chaque mort vous oblige à recommencer toute la partie depuis le début. Les niveaux eux-mêmes s’enchaînent relativement rapidement, cependant le fait d’avoir un partenaire de jeu pour vous ranimer peut faciliter le processus. Spelunky n’est pas un jeu pour les âmes sensibles, mais si vous et votre partenaire pouvez surmonter la difficulté, il y a de fortes chances que ce jeu vous réunisse.

Plus d'articles
Google Assistant pourra bientôt apprendre la prononciation de vos contacts